Session / Séance 2c: Music Theory / Théorie musicale
Wednesday June 1 / Mercredi le 1 juin
11.30 am – 12.30 pm 
CH F210
Chair / Présidente : Lynn Cavanagh, University of Regina

When is a Triad not a Triad? / À quel moment une triade n’est-elle plus une triade?
Kyle Hutchinson, University of Toronto
*SOCAN Foundation/George Proctor Prize Finalist

Chromatic mediants have long held a position of ambiguity within the realm of tonality. Recent work, in the neo-Riemannian tradition (such as Kopp, 2002, or Cohn, 2012), suggests that these chords can be explained using adaptations of Riemann’s transformation operations, or through voice-leading parsimony. This paper contends that in most cases there is a more tonal-functional means of understanding these chords. The voice-leading between two major chords a major third apart is similar to the voice leading found in diminished seventh chords. Specifically, the minor third/major sixth interval found in the upper major triad resolves as a diminished seventh/augmented second. The paper concludes rather than seeing chromatic mediants as ambiguously functional, these chords are more closely related to, and function in a manner consistent with, the diminished seventh chord: in short, they weakly suggest a tonic a major third below.

Dans le système tonal, les relations chromatiques entre accords de même type (majeurs ou mineurs) distants d’une tierce (chromatic mediants) ont longtemps été considérées comme ambiguës. Des travaux récents, issus de la tradition néo-riemannienne (dont ceux de Kopp, 2002, et de Cohn, 2012), indiquent que ces accords peuvent être expliqués en adaptant les opérations de transformation de Riemann, ou en usant de parcimonie en matière de conduite des voix. La présente communication soutient qu’il existe, dans la plupart des cas, une façon d’appréhender ces accords qui est davantage liée à la fonction tonale. La conduite des voix entre deux accords majeurs séparés par une tierce majeure s’apparente à celle que l’on trouve dans les accords de septième diminuée. Plus particulièrement, les intervalles de tierce mineure ou de sixte majeure de la triade majeure supérieure se résolvent comme ceux de septième diminuée ou de seconde augmentée. En conclusion, plutôt que d’envisager les chromatic mediants comme entretenant une fonction tonale ambiguë, la communication propose de considérer ces accords comme apparentés étroitement à l’accord de septième diminuée et fonctionnant de manière analogue. En bref, ils semblent signaler une tonique située à la tierce majeure inférieure.

 

Rhythm and performance in early piano recordings / Le rythme et l’interprétation dans des enregistrements de piano d’époque 
Alan Dodson, University of British Columbia

In the emerging field of music performance studies, analyses are often illustrated by tempo graphs that provide a reassuring sense that the interpretation of performance can have an objective grounding. Yet in some quarters, there is a thirst for complementary analytical approaches that foreground the richness of performance and listening experiences, a richness of experience that empirical measurements fall far short of representing. 
Drawing on recent phenomenological and perceptual theories of meter, this paper offers an alternative approach to the interpretation of rhythm and timing in performance, an approach that comports in certain key respects with William James's notion of "radical empiricism," an empiricism that embraces not only the objects of perception but also the experiential connections among them. This approach is illustrated through a discussion of some early piano recordings by Paderewski and Debussy in which the gap between notational and experiential meter is especially wide.

Dans le domaine en émergence de la recherche sur l’interprétation musicale, on illustre souvent les analyses par des graphiques de tempos, qui donnent l’impression rassurante que l’étude repose sur des bases objectives. Pourtant, certains chercheurs réclament des démarches analytiques complémentaires, susceptibles de mettre en avant la richesse de l’expérience d’exécution et d’écoute, que les mesures empiriques échouent à représenter. 
En s’appuyant sur de récentes théories phénoménologiques et sensorielles de la métrique, la présente communication propose une autre façon d’aborder l’interprétation du rythme et de l’aspect temporel d’une exécution. Cette démarche concorde à certains égards avec la notion d’« empirisme radical » de William James, un empirisme qui englobe non seulement les objets de la perception, mais aussi les rapports expérientiels qu’ils entretiennent entre eux. Une discussion de quelques anciens enregistrements de piano par Paderewski et Debussy, dans lesquels l’écart entre la métrique notée et la métrique perçue est particulièrement sensible, illustre la démarche.

MusCan Office

MusCan is led by a committed community of volunteers from across Canada. You can contact our secretariat by mail, phone, or email.

10 Morrow Avenue, Suite 202
Toronto, ON
M6R 2J1
Canada
416-538-1650
office [AT] muscan.org