Session / Séance 5c: Music and Spirituality / Musique et spiritualité
Thursday June 2 / Jeudi le 2 juin
10.30 am – 12.30 pm
CH F210
Chair / Présidente : Jane Leibel, Memorial University of Newfoundland

The "Spiritual Experience" and Jonathan Harvey's Body Mandala / L’« expérience spirituelle » et Body Mandala de Jonathan Harvey
Evan Campbell, McGill University

Few composers discuss musical spirituality to the same extent as Jonathan Harvey, who believed music could trigger "the spiritual experience" (Harvey, 1999). Harvey's spirituality resulted from a lifelong search and settled on Tibetan Mahayana Buddhism. His Buddhist beliefs guided his hand when composing the mesmerizing orchestral piece, Body Mandala (2006). But how does Harvey "trigger" spiritual experiences through music, and to what extent do these experiences reflect Buddhist spirituality? 
My paper explores these questions through an analysis of Harvey's Body Mandala—a work influenced by Buddhist purification rituals. These rituals, Harvey notes, elicit both "great energy" and "calm," in an attempt to purge the spirit of bad ego- tendencies. Spiritually, these feelings relate to the concepts of unity and emptiness (Harvey, 2010). I show how these concepts appear as musical techniques in Body Mandala, including a series of spectral modulations, a problematic tritone (A♭-D), a group of whole-tone chords, and a textural reduction meant to represent emptiness. 

Peu de compositeurs traitent autant de spiritualité musicale que Jonathan Harvey, selon qui la musique peut déclencher une « expérience spirituelle » (Harvey, 1999). La spiritualité de Harvey résultait d’une recherche qu’il a menée sa vie durant, son choix s’étant arrêté sur le bouddhisme tibétain Mahayana. Ses croyances bouddhistes guidaient sa main au moment de composer l’hypnotique pièce orchestrale Body Mandala (2006). Cependant, comment Harvey déclenche-t-il des expériences spirituelles par la musique, et dans quelle mesure ces expériences reflètent-elles la spiritualité bouddhiste ? 
Ma communication aborde ces questions par une analyse de Body Mandala de Harvey, une œuvre influencée par les rituels de purification bouddhistes. Ceux-ci, avait remarqué Harvey, suscitent à la fois une « grande énergie » et le « calme » en tentant de purger l’esprit d’une tendance à recourir au mauvais ego. Sur le plan spirituel, ces émotions renvoient aux concepts d’unité et de vide (Harvey, 2010). Je démontre que ceux-ci se traduisent par des techniques musicales dans Body Mandala, dont une série de modulations spectrales, un triton problématique (la♭- ré), un groupe d’accords par tons entiers et une réduction de la texture destinée à signifier le vide. 

 

Paradoxical Joy: How the Mennonite principles of stewardship and outreach shaped Winnipeg’s high art choral culture, 1960s-2000s / Joie paradoxale : comment les principes mennonites de leadership et d’influence ont forgé la culture savante du chant choral à Winnipeg, des années 1960 à 2000 Muriel Smith, University of York, UK

The cultural marker of choral singing intertwined with the principles of stewardship and outreach have long been associated with Canadian Mennonite identity. In the third quarter of the 20th century as Mennonite musicians were beginning to achieve recognition in the Winnipeg high art community, significant tensions persisted within the Mennonite community in response to shifting cultural attitudes towards art music. In this space of conflicting sensibilities, some Mennonite musicians accepted positions of influence in non-Mennonite educational institutions and in community choirs across the city, moving beyond their culture’s musical boundaries. This paper considers the impact of conflict on Mennonite musicians and investigates how the principles of stewardship and outreach affected Winnipeg’s high art choral culture between the 1960s and the 2000s. Bourdieu’s theory of cultural capital (1986) and Tina Ramnarine’s theory of calibrations (2007) form the theoretical discourse in this conversation about musical communities and identity in Canadian urban centres. 

Le marqueur culturel du chant choral, entrecroisé avec les principes de leadership et d’influence, a longtemps été associé à l’identité mennonite canadienne. Durant le dernier quart du XXe siècle, alors que les musiciens mennonites commençaient à obtenir une reconnaissance dans le milieu de l’art savant de Winnipeg, d’importantes tensions persistaient au sein de la communauté mennonite. Celles-ci se manifestaient en réaction aux attitudes culturelles changeantes à l’égard de la musique savante. Dans ce contexte de sensibilités conflictuelles, certains musiciens mennonites ont accepté des postes influents dans des établissements d’enseignement non mennonites ainsi qu’auprès de chorales communautaires de la ville, franchissant ainsi les frontières musicales de leur culture. La présente communication examine les répercussions qu’au eues ce conflit sur les musiciens mennonites et se penche sur la façon dont les principes de leadership et d’influence ont touché la culture savante du chant choral à Winnipeg, des années 1960 à 2000. Le concept de capital culturel de Bourdieu (1986) et la théorie de calibration de Tina Ramnarine (2007) forgent le discours théorique de la communication sur les communautés musicales et l’identité des centres urbains canadiens. 

 

The "English Sound" and Popular Spirituality: Linking Libera to the Choir of King’s College, Cambridge / Le « son anglais » et la spiritualité populaire : la relation entre Libera et le Chœur du King’s College de Cambridge
Jacob Sagrans, McGill University

The English boychoir Libera (est. 1984) has earned a large international following by singing classical-popular crossover music with sacred texts. While Libera performs different repertoire than strictly classical choruses and does so in elaborately staged and highly technologically mediated performances, the choir sings with the so-called “English sound” that is also found in many British classical vocal ensembles (Page 1993; Greig 1995). In this presentation, I compare recordings of Libera to recordings of one of these classical groups: the Choir of King’s College, Cambridge. I argue that the seemingly disembodied and “angelic” character of the English sound (Greig 1995) as well as its roots in culturally valued Anglican choral traditions contribute to the appeal of both ensembles, allowing them to offer deeply spiritual and aesthetically moving experiences to listeners. 

Le chœur anglais de garçons Libera (fondé en 1984) a conquis un grand nombre d’admirateurs à l’échelle internationale par ses métissages de musique classique et populaire associés à des textes sacrés. Bien que Libera exécute un répertoire différent de celui des chœurs purement classiques et qu’il ait recours à des présentations élaborées à l’aide de nombreux dispositifs technologiques, ce chœur produit le fameux « son anglais », comme le font beaucoup d’ensembles vocaux britanniques (Page, 1993; Greig, 1995). Dans la présente communication, je compare des enregistrements de Libera avec ceux de l’un de ces ensembles classiques, soit le Chœur du King’s College de Cambridge. Je soutiens que le caractère apparemment désincarné et « angélique » du son anglais (Greig, 1995) ainsi que ses racines dans les traditions chorales anglicanes valorisées par la culture contribuent à l’attrait des deux ensembles, et ce, en leur permettant d’offrir aux auditeurs une expérience profondément spirituelle et touchante sur le plan esthétique. 

MusCan Office

MusCan is led by a committed community of volunteers from across Canada. You can contact our secretariat by mail, phone, or email.

10 Morrow Avenue, Suite 202
Toronto, ON
M6R 2J1
Canada
416-538-1650
office [AT] muscan.org