Session / Séance 6c: Lecture Recitals / Récitals commentés
Thursday June 2 / Jeudi le 2 juin
2.30-4.00 pm
Eckhardt-Gramatté Hall, Rozsa Centre
Chair / Présidente : Laura Hynes, University of Calgary

The Portrayal of Canadian National Identity in Srul Irving Glick’s Song Cycle “South of North, Images of Canada” / La représentation de l'identité nationale canadienne dans le cycle de mélodies South of North, Images of Canada de Srul Irving Glick
Christopher MacRae, University of Arkansas at Fayetteville

As Canada moves towards its sesquicentennial celebrations, a renewed interest in nationalism examines the relationship of nature and landscape on Canadian national identity.  Much study has explored the influence of Canadian visual artists and their vivid depictions of the diverse Canadian landscape, but until recently, little research has been done on how classical art song portrays those same nationalist ideals.
This lecture recital examines Srul Irving Glick’s song cycle, South of North, Images of Canada, which not only captures a mosaic of sonic landscapes from across the country, but helps define what it means to be “Canadian”.

Avec les célébrations du cent cinquantième anniversaire du Canada qui approchent à grands pas, la relation de la nature et du paysage sur l'identité nationale canadienne fait l'objet d'un intérêt renouvelé. Plusieurs études ont exploré l'influence des artistes visuels canadiens et de leurs représentations de la diversité des paysages canadiens sur l'identité, mais jusqu'à maintenant, peu de recherches ont été menées sur la façon dont la mélodie classique représente ces mêmes idéaux nationalistes.
Ce récital commenté observe le cycle de mélodies South of North, Images of Canada de Srul Irving Glick, qui non seulement capture une mosaïque de paysages sonores de partout au pays, mais aide à définir ce qu'être « canadien » signifie.

 

Singing in the Feminine Voice: The Sound of the Shah-jo-Raag-the sung poetry of Shah Abdul Latif Bhitai at his shrine in Sind, Pakistan / Chanter avec une voix féminine : le son de la poésie chantée du Shah-jo-Raag de Shah Abdul Latif Bhitai, dans son sanctuaire du Sindh, au Pakistan
Shumaila Hemani, University of Alberta

Shah Latif’s sung poetry, the Shah-jo-Raag, is sung by musical communities across Sind, Rajasthan, and Gujarat in India and Pakistan. At the dargah (shrine) of the Sufi poet and saint Shah Abdul Latif Bhitai in Bhitshah, the Raagi faqirs (literally meaning ‘dervish’) sing this 300 year old tradition in the style that is considered to be pioneered by Shah Latif himself. In this lecture demonstration, I will show the musical structure and singing styles in this tradition of Shah-jo-Raag in the way that it is sung at the dargah of Bhitai in the town on Bhitshah in Sind, Pakistan, comparing it with two other genres of Sufi singing in the Indian sub-continent, namely qawwali and kafi and the “classical” Hindustani Khayal.  I will show that Shah Latif’s tradition is based on the Sindhi musical tradition that is based on sur and shares some but not all the features of the Hindustani musical tradition of Raag and taal.  This tradition is distinctive amongst other devotional Sufi musical forms because the male singers sing in a feminine voice and bring alive the female persona that the poet takes in the poem.  Moreover, it is not lyric but rather a narrative poetic tradition and Bhitai’s poetry is based on folk tales from Sind. Drawing on my experience of learning the tradition from Faqir Jumman Shah in Bhitshah and the tradition of kafi from Ustad Hameed Ali Khan Sahib (Gwalior gharana), I will reflect on ways that this tradition is orally transmitted in contemporary Pakistan. 

La poésie chantée de Shah Latif, le Shah-jo-Raag, est chantée par les communautés musicales de la région du Sindh, du Rajasthan ainsi que du Gujerat en Inde et au Pakistan. Dans le dargâh (sanctuaire) du poète soufi et saint Shah Abdul Latif Bhitai à Bhit Shah, les fakirs râgi (ou « derviches ») exécutent ce chant traditionnel vieux de 300 ans dans le style qui est considéré comme celui qu’a institué Shah Latif lui-même. Au cours du récital commenté, je présente la structure musicale et les styles de chant propres à la tradition du Shah-jo-Raag selon la manière d’exécution du dargâh de Bhitai, dans la ville de Bhit Shah de Sindh, au Pakistan. Je compare cette tradition avec deux autres types de chant soufi du sous-continent indien, soit le qawwali et kâfi, et le khayal hindoustani « classique ». Je démontre que la tradition de Shah Latif provient de la pratique musicale sindhi issue de sur, et qu’elle partage certaines caractéristiques avec la pratique musicale hindoustani du râg et du tâl. Cette tradition se distingue d’autres formes musicales soufies de dévotion, parce que les chanteurs masculins chantent avec une voix féminine et incarnent le personnage féminin que le poète emprunte au poème. De plus, il s’agit d’une tradition poétique non pas lyrique, mais narrative, et la poésie de Bhitai se fonde sur les contes populaires du Sindh. En mettant à contribution mon expérience de l’apprentissage de cette tradition auprès du fakir Jumman Shah à Bhit Shah et de la pratique du kâfi auprès d’Ustad Hamid Ali Khan Sahib (Gwâlior gharânâ), je propose une réflexion sur les façons dont cette tradition est transmise oralement dans le Pakistan contemporain. 

MusCan Office

MusCan is led by a committed community of volunteers from across Canada. You can contact our secretariat by mail, phone, or email.

10 Morrow Avenue, Suite 202
Toronto, ON
M6R 2J1
Canada
416-538-1650
office [AT] muscan.org