Session / Séance 10a: Early Music / Musique ancienne
Friday June 3 / Vendredi le 3 juin
3.30 – 4.30 pm
CH F202
Chair / Président : Neil Cockburn, University of Calgary

Making Sense of the Sequence at Pistoia / Donner un sens à la séquence pistoienne
James V. Maiello, University of Manitoba

Italian musicians approached the medieval sequence differently than their Frankish colleagues, treating the genre with considerable flexibility and irregularity in both text and music.  As a result, musicologists have long treated Italian sequences as peripheral to the study of the genre.  In this paper, I will contest the prevailing view that Italian sequences and repertories show a fundamental lack of cohesion.  Instead, I will argue that although it was heterogeneous, stylistically, the sequence repertory used at the cathedral of San Zeno, Pistoia was unified by the ways the cathedral community employed the sequence to assert its power and prestige. Among other things, I will argue that the choir used certain melodies as signifiers of importance and non-standard items to distinguish San Zeno from its neighbours. One finds unity and cohesion not in musical and textual style, then, but in their use.  This will provide a valuable case study and a methodological model for rethinking the Italian sequence altogether.  

Les musiciens italiens abordaient la séquence médiévale autrement que leurs collègues franciques, traitant ce genre avec beaucoup de flexibilité et d’irrégularité tant dans le texte que dans la musique. Par conséquent, les musicologues ont longtemps cru que les séquences italiennes étaient accessoires à l’étude de ce genre. Je m’oppose dans mon exposé à l’opinion dominante selon laquelle les séquences et les répertoires italiens manqueraient fondamentalement de cohésion. Je soutiens plutôt que, bien que le répertoire des séquences utilisé à la cathédrale de San Zeno, à Pistoia, ait été hétérogène sur le plan stylistique, il faisait aussi preuve d’unité puisque la communauté de la cathédrale s’en servait pour affirmer sa puissance et son prestige. Je maintiens, entre autres, que le chœur interprétait certaines mélodies pour asseoir son pouvoir et des chants particuliers pour distinguer San Zeno de ses voisins. L’unité et la cohésion sont donc présentes non pas dans le style musical et textuel, mais dans l’usage. Ma présentation se veut une étude de cas instructive et un modèle méthodologique pour repenser du tout au tout la séquence italienne.

 

Singing the Hours: Music and Communal Devotions in Renaissance France / La liturgie des heures : la musique et les offices collectifs en France, durant la Renaissance
Genevieve Bazinet, University of Ottawa

The Book of Hours was a private devotional book intended to allow the laity to imitate the monastic practice of celebrating the canonic hours throughout the day. The book featured a wide variety of genres of texts found in liturgical books but was not a musical book. There are, however, a small number of Books of Hours that included music and musical directives, which indicates that the Hours were to be sung as well as read. This paper explores three Books of Hours produced in France that contain a musical insert or musical notation as well as explicit directions for the singing of music as part of the regular celebration of the Hours. All three books were produced for confraternities in Paris. The inclusion of music in these books and the fact that they were produced for private confraternities suggests a semi-private use for these Books of Hours. 

Le livre d’heures était destiné aux laïques et leur permettait d’imiter la pratique monastique de la célébration des heures canoniques durant la journée. Ce livre contenait une grande variété de textes tirés de livres liturgiques, mais aucune musique. Il existe cependant un nombre restreint de livres d’heures qui incluent la musique et des directives musicales, ce qui indique que les heures devaient être tant lues que chantées. Dans mon exposé, je m’attarde à trois livres d’heures produits en France dans lesquels on a intercalé non seulement de la musique ou de la notation musicale, mais aussi des directives claires pour que le chant s’intègre à la célébration régulière des heures. Les trois ont été créés par des confréries, à Paris. L’inclusion de la musique dans ces livres et le fait qu’ils ont été élaborés pour des confréries donnent à penser que ces livres d’heures n’ont pas servi à l’usage général.

MusCan Office

MusCan is led by a committed community of volunteers from across Canada. You can contact our secretariat by mail, phone, or email.

10 Morrow Avenue, Suite 202
Toronto, ON
M6R 2J1
Canada
416-538-1650
office [AT] muscan.org